Running, à chacun son extrême ...

Mis à jour : 25 mai 2020




La particularité de la pratique de la course à pied hors des stades, c’est de pouvoir s’éprouver sur toutes sortes de formats et de terrains de course. Aussi il n’est pas rare de voir basculer par exemple certains coureurs du marathon au trail et inversement, l’élément moteur étant bien souvent d’y trouver un certain plaisir. Cependant il est indéniable que l’apprentissage de ces disciplines demande une certaine attention, car il existe une spécificité des pratiques, dérivant même vers l’extrême. L’approche de l’entraînement en est directement affectée. C’est ce que nous allons tenter de vous démontrer.


Entre la course de fond, la course à pied, la course de montagne, la course sur route, et désormais le trail, diverses manières de pratiquer ont émergé avec force les unes après les autres depuis une cinquantaine d’années. La course à pied hors des stades est donc un objet d'étude complexe et hybride.


Par ailleurs, les motivations profondes sont parfois difficiles à cerner, notamment quel est le véritable objectif, ... pourquoi je cours ?


Par exemple le «footing» et le «jogging» sont utilisés par certains pour maigrir ou pour la condition physique, et par d’autres comme un moyen de préparer des efforts aussi intenses que le marathon ou le trail. Pas le même but en fait !


Etablir en plus des continuités avec les fondamentaux de l’athlétisme – courir plus vite ou plus longtemps, sauter plus haut ou plus loin, lancer plus loin – (car le Running fait partie de la famille de l'athlétisme) n’est donc pas du tout évident, vous en conviendrez.


Il existe une grande diversité de pratiques au sein même de la discipline athlétique qu’est la course à pied (ou Running dans un terme plus anglo-saxon) et il nous paraît évident de cerner certains des contours de sa pratique.


En fait la pratique dite libre de la course à pied (le hors stade) apparait au tournant des années 1970. C'est une population (qu'on appelait aussi les "flowers children") qui a envie de faire autre chose que de tourner autour d'une piste, d'un stade, sorte de quête d’autonomie voir d’évasion. Ils ne veulent plus tourner autour d'un stade et le revendiquent.


Pour les dirigeants de la FFA c’est un phénomène nouveau, et qui en plus leur échappe. En effet les personnages issus de ces mouvements sont de véritables "rebels" et ne veulent pas laisser la fédération (FFA) gérer la course hors stade (si on prend l'exemple de Jean Claude moulin à Marvejols-Mende dans les années 70 - en savoir plus sur l'histoire de la course hors stade).


En fait, l’histoire de la course sur route puis du trail sont issus de ce mouvement, sorte de glissement logique d’une revendication partisane et spontanée, et surtout à la recherche du plaisir (qui n’a de cesse d’être répété...).


@Des bosses et des bulles


Science du rythme ou de la prise de risque: à chacun son extrême

Malgré tout, cette pratique dite libre a eu des conséquences directes sur la manière de s’entraîner car le modèle est quand même devenu celui de la performance chiffrée, mesurée. On peut ainsi s’apercevoir que l’on a glissé vers une uniformisation des compétitions en « formatant » en quelque sorte les classements sur route (10km, 21,1km, marathon, 100km).


Le chronomètre est (re)devenu ainsi la valeur de référence.


L’entraînement s’en est donc trouvé affecté car il devenait important d'être précis dans « ses temps de passage » et dans la science du rythme. Et viser en quelque sorte une performance chiffrée, voire une barrière chronométrique (comme avec les « donneurs d’allures » sur certains marathons par exemple).


La pratique du trail a certainement permis de casser en quelque sorte ce schéma, car l’athlète est plutôt livré aux difficultés du terrain et au besoin de contrôle permanent de sa gestion de course. La lutte contre le chronomètre semble donc secondaire (si on fait abstraction des barrières horaires pour les derniers concurrents). Ainsi d’autres paramètres sont prioritaires comme la lutte contre des défaillances physiques, mentales, ou les problèmes alimentaires par exemple.


Cependant, avec la massification et la démocratisation de la pratique, on voit resurgir une certaine volonté d’uniformiser, de classer, comme pour assoir une certaine reconnaissance de la discipline.


L’exploit et surtout le «dernier record», médiatisé par les journalistes sur l’épreuve 2017 de l’Ultra Trail du Mont Blanc® établi par François Dhaene en 20h11’ en est une bonne illustration. Les exploits chiffrés de Kilian Jornet sur tous les sommets du monde (notamment son projet «Summits of my life»), ou la volonté de battre le record de la traversée du GR20 en Corse en sont également des exemples flagrants. Les défis sont de plus en plus monnaie courante, et ne sont plus réservés qu'aux coureurs élites.


Hier réservées à quelques baroudeurs, ces pratiques extrêmes s’ouvrent aux yeux d’un large public: « que ce soit en marchant, en courant, en pédalant, ou en glissant sur l’eau, la neige, l’air, la recherche de l’extrême occupe une place de choix, au cœur des comportements sportifs contemporains ». (Olivier Bessy, 2005).


Malgré tout, il est absolument primordial d’éclaircir le débat. En effet, ces exploits demeurent des exemples qu’il ne faut pas banaliser (voire copier), car tout comme la génétique et les prédispositions qui nous sont offertes à notre naissance, les facultés extraordinaires de ces athlètes sont exceptionnelles et leur préparation très professionnelle (aussi, les facteurs génétiques contribuent pour 25 à 50% au gain possible du V02max et ils expliquent ainsi la grande variabilité des réponses à un même programme d’entraînement, C. Bouchard et al., 1999).


Aussi et à ce stade il est nécessaire de discerner plusieurs manières de pratiquer ces extrêmes, sortes de typologies qui nous séparent comme :

  • L'extrême d'aventure qui appartient à l'univers des "premières fois" (ascensions, traversées, explorations...) : en montagne, on décide par exemple d'ouvrir une nouvelle voie en alpinisme. Peu d'élus, quelques génies, et une énorme prise de risque*.

  • L'extrême sportif qui lui se distingue par le fait qu’il existe une initiative de tenter un record sur un parcours déjà conquis et balisé. La forme du défi peut d’ailleurs être surprenante ou impressionnante (sans oxygène, sans matériel...). Ainsi s’engager à traverser les États Unis en courant ou tenter de battre le record le record du Kilimandjaro, voire de l’Everest, en sont des expressions bien imagées .

  • L'extrême de masse enfin, qui peut faire devenir Monsieur et Madame tout le monde des héros de leur pratique: les ultra traiteurs font par exemple l'expérience de leurs limites sur des terrains et dans des défis balisés, reconnus, mais loin des records : « si dans l’extrême d’aventure est posée la question de l’adaptation d’un individu à un environnement qu’il s’agit d’explorer dans des circonstances inconnues, dans l’extrême de masse est posée la question inverse: comment un individu mené au-delà de ses limites ordinaires va-t-il s’adapter à un environnement davantage connu ? » (Paul Yonnet, 1998).

Ce dépassement de soi n’est donc pas l’apanage du sportif de haut niveau ; il existe aussi un dépassement de soi du sportif anonyme, confronté dans l’effort à ses limites, et il faut le souligner nous sommes souvent déjà dans l'extrême ! (mon père l'exclamait déjà lorsque je courais 2 marathons dans l'année dans les années 90 ! vous imaginez ...).


L'extrême est donc déjà celle du marathonien occasionnel qui va au bout de lui-même ou de l’ultra traileur qui veut «coûte que coûte» terminer l’épreuve. Et l’ambivalence de cette excellence sportive apparaît dans cette approche de la limite qui interroge sur les finalités de l’entraînement, entre la mesure et la démesure, l’équilibre et le déséquilibre.


En effet la question qui nous interpelle est la suivante: si le champion est un être exceptionnel et exceptionnellement entraîné, doit-il être à ce titre un modèle ?


Cette question peut suggérer qu’on oppose le sport d’élite au sport de masse (voire au sport santé, ou au sport loisir). Or l’opposition est simpliste puisque la compétition n’exclut ni le plaisir ni l’accomplissement de soi, de même que le sport amateur ou de loisir ne nie pas le dépassement de soi le plus acharné, celui de se dépasser. Pour soi-même, on teste ainsi son terrain d'aventure, qui n’est pas tout le temps une affaire de distance, mais de performance réalisée en fonction de son potentiel et de ses moyens physiques.


Terminer un marathon ou une épreuve de 50km en trail peut relever de l’exploit en fonction de son patrimoine génétique, mais aussi de ses possibilités socio-professionnelles. Et c’est sur ce dernier point que l’accent doit être mis à l’entraînement, ce qui est parfois loin d’être le cas. En effet, pour demeurer un plaisir il faut bien comprendre que le corps n’est pas mathématique et qu’il lui faut acquérir sur de longues périodes les effets de l’entraînement, en assimilant le pattern gestuel de la pratique, d'assimiler les périodes de fatigue, d'accepter que les transformations physiologiques sont longues.


Sorte de capital corporel, la course à pied peut ainsi devenir tantôt un mode de vie, tantôt un exutoire. Mais globalement il nous semble primordial d’intégrer une des dominantes les plus importantes de l’entraînement: la patience. Car la course à pied est en fait un très long apprentissage, celle du geste juste et répétitif, cyclique et économique, ce que l’on nomme aussi l’efficience, qualité essentielle que nous aborderons également dans un prochain article.


* Le risque, le rêve, le fantasme, le désir d'appropriation sont habités par la présence muette de la mort (dixit Terray en 1961). L'exemple de Tom Patey, pionnier de l'escalade glaciaire extrême est éloquent à ce propos. Après son accident mortel, de nombreuses personnes disaient : "c'est tellement injuste, si incroyable, il était si fort, indestructible..."

Mais le sujet qui revient aussi souvent avec l'alpinisme et la montagne extrême c'est bien de "jouer" avec la mort, jusqu'au jour ou...

Jouer, c'est bien cela que Tom Patey faisait, et il avait même inventé des définitions assez surprenantes :

  • "grimpeur" solitaire: homme qui tombe tout seul

  • "novice": personne qui, si elle n'est pas décédé, devrait se tenir à l'écart de la montagne

  • "grimpeur expérimenté" : dont la mort est inévitable

À méditer, donc, quand le vertige physiologique se double d'un vertige métaphysique.


Références

Anne Marie Waser, Du stade à la ville, réinvention de la course à pied

Olivier Bessy, L'extrême comme modèle de référence, 2005


Contactez Moi

runningrenaissance@ericlacroix.com  |  Tel: (+262) 0692 384 069

© 2020 - Site créé par Éric Lacroix