top of page

Dis-moi comment tu te sens quand tu cours, je te dirai qui tu es

Dernière mise à jour : 28 avr. 2022



Advances in Physical Education, 2021, 11, *-*

ISSN Online: 2164-0408 ISSN Print: 2164-0386


Par Alain Groslambert (1), Bertrand Baron (2), Fred Grappe (3), Victor Scholler (1), Eric Lacroix (4), Gilles Ferreol (1)

(1) Lab C3S, University Franche-Comté, Besançon, France

(2) UMR Espace-DEV, IRD 228, University La Réunion & Lab C3S, University Franche-Comté, Besançon, France

(3) Lab C3S, University Franche-Comté, Equipe Cycliste Groupama-FDJ, Besançon, France

(4) SUAPS, University La Réunion, Saint Denis, France


Résumé

Cette étude visait à observer les influences potentielles des motivations chez 17 traileurs, sur leur vitesse de course (RV), l'effort perçu (RPE), et la Valence Affective (AV) pendant une compétition de 44 km.

Auparavant, ils ont effectué un test maximal gradué afin d'évaluer la vitesse aérobie maximale (VAM) et la fréquence cardiaque (HR) MAXIMALE.

Ils ont également rempli un questionnaire sociologique afin de déterminer leurs motivations, ce qui a permis d'identifier trois catégories : 1) les hédonistes (HEDO), qui apprécient les paysages, 2) les résilients (RESI), qui éprouvent du plaisir lorsqu'ils surmontent un événement de vie défavorable, et 3) les compétiteurs (COMPET), qui aiment se mesurer aux autres. Pendant la compétition, nous n'avons pas observé de différences significatives concernant le VR, le %MAV et le %HR max. entre les groupes. Cependant, l'EPR et l'AV étaient significativement plus faibles (p < 0,05) dans le groupe RESI par rapport aux groupes HEDO et COMPET.

Par conséquent, les motivations pourraient influencer l'EPR et l'AV et fournir des perspectives pour comprendre les motivations motivation des coureurs de trail.


1. Dis-moi comment tu te sens quand tu cours, je te dirai qui tu es

S'intéresser aux limites de la performance humaine, c'est tenter de comprendre les systèmes fonctionnels qui permettent aux humains de s'adapter et d'interagir avec leur environnement.


Différents modèles qui tentent d'expliquer les causes de l'épuisement lorsqu'un individu effectue un exercice intense se sont succédés. Le modèle physiologique de Hill, Long et Lupton (1924) basé sur l'épuisement des réserves énergétiques, a longtemps été utilisé comme hypothèse principale pour expliquer les raisons pourquoi les individus s'épuisent.

Par la suite, de nouveaux paradigmes sont apparus, notamment sur la perception de l'effort, comme le modèle psychophysiologique de Noble et de Noble et Robertson (1996) ou le modèle du gouverneur central de Noakes (2012).


Le gouverneur central serait une fonction cérébrale supérieure qui régule le niveau de stress et l'intensité de l'effort pour préserver l'homéostasie.


Par ailleurs, Marcora (2008) a défendu un modèle psychobiologique dans lequel il met en avant le rôle prépondérant de la motivation. Cet auteur a notamment montré que, par la manipulation de certaines informations conscientes ou inconscientes, il est possible d'influencer la durée pendant laquelle un effort peut être maintenu jusqu'à épuisement.


Plus récemment, Baron, Grappe et Groslambert (2018) ont proposé un modèle global de régulation de l'effort (Global Model of Pacing Process ou GMPP), dans lequel ils mettent en évidence l'influence exercée par la motivation autodéterminée (ou intrinsèque).


La motivation et, plus précisément, le plaisir perçu associé à la perception de l'effort, jouerait un rôle actif dans le maintien ou l'arrêt de l'effort.


Dans le GMPP, les auteurs mentionnent également que la motivation non autodéterminée (ou extrinsèque), incluant la régulation externe (récompense et/ou reconnaissance sociale), la motivation introjectée (comportements d'évitement, retrait), la régulation identifiée (lorsqu'un comportement va être accepté comme étant personnellement important) et la régulation intégrée (en accord avec le système de valeurs et la morale de l'individu), pourraient influencer le niveau d'acceptation des états émotionnels générés par l'exercice intense.


Cependant, ni le GMPP ni les autres modèles n'ont démontré avec précision l'influence de ces différentes formes de motivation sur l'effort et le plaisir perçus lors d'un exercice prolongé et intense.


La course de trail en compétition peut être un modèle d'observation expérimentale car il permet de regrouper au même moment et au même endroit des personnes d'âges, de niveaux d'éducation, de professions, de religions, de croyances, de lieux de résidence et de motivations qui les poussent à s'engager dans des épreuves qui varient de 1 à 270 km, voire plus.


Alors que de nombreuses études en psychologie du sport ont rapporté des effets positifs de la motivation autodéterminée sur la perception de l'effort dans l'exercice aérobique (Heazlewood & Burke, 2011 ; Hamilton, Scott, & MacDougall, 2007 ; Hatzigeorgiadis, Zourbanos, Galanis, & Theodorakis, 2011 ; Lerner & Locke, 1995), les effets de la motivation non autodéterminée sur la performance dans les sports d'endurance restent peu documentés, et des conclusions contradictoires ont été rapportées

(Hulleman, De Koning, Hettinga, & Foster, 2007 ; Irwin, Scorniaenchi, Kerr, Eisenmann, & Feltz, 2012).


Cependant, les recherches menées en sociologie fournissent une approche qualitative intéressante pour comprendre les motivations dans les sports d'endurance.


Pour Defrance (1985), l'engagement dans les courses de longue distance relève de la lutte des classes, où le groupe de coureurs qui occupe des positions dominantes (notamment dans les professions libérales, les cadres supérieurs, les professions libérales, les professions libérales, etc.) tentent d'imposer un modèle : le participant adulte de niveau moyen qui n'a aucun intérêt à être sous l'influence des organisations fédérales et qui veut participer pour le plaisir. La surreprésentation des classes supérieures dans les courses d'endurance pourrait être le résultat de l'imposition de ces nouvelles valeurs morales dominantes par ces groupes.


En revanche, Denzler (1991) affirme que ce n'est pas la position sociale mais le lieu de résidence qui explique la motivation pour les courses de longue distance. En effet, cet auteur montre que 63% des 700 coureurs interrogés dans son étude résident dans une ville de plus de 20 000 habitants. Cette condition pourrait être la première motivation pour s'engager dans les courses d'endurance, permettant à ces citadins de recréer une sociabilité altérée dans les tracas de la vie quotidienne.


Dans un autre ordre d'idées, Barthelemy (2002) affirme que la motivation pour les courses

d'endurance est principalement un besoin chez les participants de prouver leur capacité personnelle à surmonter des épreuves inhabituelles et, ainsi, de réaffirmer la certitude qu'ils contrôlent leur propre vie.


Knobé (2008) souligne qu'il existe deux facteurs déterminants qui poussent les individus à s'engager dans une course d'endurance., notamment une histoire sportive, qu'il soit novice ou expert, reconverti ou " en recommencement ", et/ou les situations sociales qu'il rencontre dans le contexte de la vie (un ami coureur, un membre de la famille, des collègues professionnels), ou un événement traumatique tel que la perte d'un conjoint ou une maladie grave.


Ces éléments peuvent être les déclencheurs qui poussent l'individu à s'engager dans la course d'endurance. Dans leur revue de littérature, Cubizolles, Baron et Lacroix (2018) synthétisent ces différents points de vue en précisant que l'engagement dans les courses d'endurance est la conséquence d'un conditionnement dans lequel les coordonnées

coordonnées sociales jouent un rôle primordial.


Il semble donc que les motivations des coureurs d'endurance soient multiples et complexes, et les effets sur les réponses perceptives et physiologiques, ainsi que sur le physiologiques et le niveau de performance en compétition n'ont, à notre connaissance, jamais été jamais été investigués dans des études transdisciplinaires, impliquant la psychologie, la physiologie et la sociologie.


Par conséquent, l'objectif de cette étude descriptive est d'analyser l'influence de différentes formes de motivation sur les réponses perceptives, physiologiques et les niveaux de performance des coureurs de trail lors d'une compétition de 44 km à travers le prisme de ces trois domaines scientifiques.


Nous émettons l'hypothèse que les motivations pourraient influencer leur perception de l'effort, la valence affective, les réponses de la fréquence cardiaque, et la vitesse de course.

@Auteur


2. Méthodes

La méthodologie utilisée dans cette étude est originale car elle s'appuie sur des indicateurs qualitatifs (questionnaires, analyse discursive) et quantitatifs (perceptifs), indices physiologiques et marqueurs objectifs de performance) enregistrés dans les dans les conditions du terrain chez des coureurs de trail réunionnais lors d'une compétition.


2.1. Participants

En juin 2017, dix-sept coureurs de trail entraînés (six femmes et 11 hommes, M age =. 39,7 ± 6 ans), recrutés sur les réseaux sociaux, et qui avaient tous déjà participé à au moins une course de 60 km et résidaient sur l'île de La Réunion depuis au moins sept ans, se sont portés volontaires pour participer à cette expérience.


Avant de participer, chaque coureur a donné son consentement écrit et l'étude a été menée conformément aux principes éthiques de la Déclaration d'Helsinki (1983) et a été

approuvée par le comité d'éthique local.


Une semaine avant la course, les coureurs de trail ont effectué un test d'intensité maximale consistant à courir sur une piste jusqu'à épuisement (Léger & Boucher, 1980) pour déterminer leur vitesse aérobie maximale (VAM) et leur fréquence cardiaque maximale (FC)..


Leur niveau d'épanouissement professionnel et familial a été mesuré sur une échelle graduée de 0 à 5, avec les items suivants: 0 (absolument pas heureux) et 5 (extrêmement heureux).


Les caractéristiques anthropométriques et caractéristiques anthropométriques et physiques ainsi que le niveau d'épanouissement professionnel et familial des coureurs de trail sont présentés dans le tableau 1.

2.2. Conception

Ce protocole d'observation a été réalisé lors d'une compétition de 44 km (correspondant à à "S" dans l'International Trail Running Association, ITRA) avec un dénivelé total de 1 520 mètres avec un gain et une perte d'altitude totale de 1520 m.


Afin de maintenir un haut niveau d'engagement le protocole a été conçu comme une compétition de trail consistant en huit tours de 5,5 km, dont 1,9 km de terrain vallonné, 1,6 km de montée et 2,0 km de descente. Le dénivelé positif était de 190 m par tour.


Le temps de course des participants était enregistré à chaque tour avec une puce électronique et par un chronométreur manuel. À la fin de chaque tour, les coureurs de trail devaient s'arrêter dans un paddock pendant 10 min pour évaluer leurs sensations à l'aide de différentes échelles perceptives. Les trois meilleurs coureurs de trail masculins et féminins

dans chaque catégorie (senior, master 1, 2, 3) ont été récompensés par des prix.


Tous les coureurs ont pris le départ ensemble à 6h00 du matin dans des conditions environnementales tropicales. La température moyenne était de 25,5˚C (valeurs extrêmes : 20,1˚C à 30,5˚C, avec 68% d'humidité relative).


2.3. Mesures

Mesures quantitatives

Pendant la course, la FC a été enregistrée en continu avec une smartwatch avec suivi GPS (Spartan Ultra, Suunto, Vantaa, Finlande).


Chaque montre avait été réglée pour enregistrer les données toutes les secondes. À la fin de chaque tour, les tours, les coureurs devaient s'arrêter dans un enclos pendant 10 minutes afin d'évaluer leur perception de l'effort (RPE), à l'aide de la méthode de mesure de l'effort (RPE), en utilisant le CR10 de Borg (1990) qui permet d'évaluer l'intensité perçue de l'effort sur une échelle graduée avec les items suivants : 0 (effort nul), 0,5 (extrêmement faible), 1 (faible), 2 (moyen), 3 soutenu, 5 (fort), 7 (très fort) et 10 (effort maximal).


Le sentiment a été évalué à l'aide de l'échelle Feeling Scale (Hardy & Rejeski, 1989), une échelle utilisée pour évaluer les sensations perçues, allant de +5 à -5, pour mesurer la valence affective (plaisir/déplaisir).




Cette échelle est complétée par différents adjectifs pour qualifier les sensations liées à la valence affective : -5 = très mauvais ; -3 = mauvais ; -1 = assez mauvais ; 0 = neutre ; +1 assez bon ; +3 = bon ; et +5 = très bon.


Après chaque série de tests, et pour éviter toute influence d'une hypoglycémie et/ou d'une hyperthermie sur la perception de l'effort et du plaisir (Nybo, 1985), les coureurs de trail pouvaient se ravitailler ad libitum avec des aliments contenant principalement des hydrates de carbone, tels que des barres énergétiques, et des boissons.


La consommation d'eau et d'aliments pendant le parcours était contrôlée à chaque tour par un tour par un entraîneur expérimenté afin de s'assurer qu'il n'y avait pas de problème majeur d'apport énergétique et d'hydratation pendant l'expérience.


En raison du grand nombre de coureurs de trail arrivant parfois simultanément dans le paddock, il n'a pas été possible de réaliser tous les tests pour tous les sujets dans le même laps de temps. Par conséquent, les résultats complets des tours 1, 3, 5, 7 et 8 sont présentés.


En effet, la priorité était de conserver les conditions réelles de la compétition afin de maintenir le plus haut niveau de motivation.


Mesure qualitative

Une semaine avant l'expérience, les participants ont participants ont également rempli un questionnaire sociologique, comprenant 61 questions et composé de quatre parties : 1) des informations générales (adresse, niveau d'études, emploi actuel, etc.) ; 2) situation familiale (statut marital, enfants, etc.) ; 3) l'expérience en matière de trail (années de pratique, durée d'entraînement par semaine, pratique en club, nombre de compétitions par an, motivations pour la pratique, etc. nombre de compétitions par an, motivations pour le trail, sensations perçues lors des compétitions, etc. ) ; et 4) le mode de vie (croyances et religion).



Ensuite, le questionnaire a été analysé par thèmes selon une procédure en deux étapes (Braun & Clarke, 2006). Tout d'abord, nous avons identifié tous les passages qui impliquaient une discussion de la motivation pour le trail running. Nous avons ensuite recherché les thèmes récurrents dans ces passages. Les thèmes présents dans la majorité des réponses formulées par les participants ont été retenus.


Trois types de coureurs de trail ont été identifiés à partir de ces thèmes :

1) Les hédonistes, qui sont sensibles à la sensation de plaisir et de bien-être procurée

par le sentier. Ces trailers aiment les paysages, courir dans la nature, et rencontrer d'autres trailers lors de compétitions. M., praticien de la santé, a raconté sa motivation pour le trail running : "J'aime courir dans les montagnes, partager des paysages magnifiques avec d'autres coureurs de trail ... Ces sensations me procurent un sentiment de bien-être ... La souffrance peut être présente pendant la course, mais elle disparaît rapidement face à la beauté de la nature...".


2) Les résilients, qui éprouvent du plaisir lorsqu'ils parviennent à surmonter une difficulté significative, obstacle ou à faire face à un incident de la vie. Dans leurs réponses, ces coureurs de trail rapportent une vie difficile, causée par un deuil, un divorce, une maladie, une blessure ou un travail stressant.. Pour eux, la compétition de trail est un défi physique et psychologique, une rupture avec un passé douloureux qui peut les aider à à faire face aux difficultés de la vie et à renforcer leur estime de soi.

O., qui avait des problèmes de poids et n'avait jamais fait de sport avant de pratiquer le trail running, a déclaré : " Je ne suis pas un sportif. Après l'effort, je me sens légère comme une plume, débarrassée de tous les mauvais esprits, comme un nouveau-né...".

R., qui a un emploi peu qualifié et pénible et qui doit et qui doit élever seul sa fille : "Quand je franchis la ligne d'arrivée, je me sens fort et reconnu par le public...".

B., qui veut réduire sa consommation d'alcool et de tabac, a dit ceci à propos de la souffrance en compétition : "... la souffrance m'aide à me dépasser, et je peux la répéter plus tard dans ma vie quotidienne...".


3) Les compétiteurs, qui aiment se mesurer aux autres. Ils attachent une grande importance à leur classement et à leur vitesse de course.

N., qui est l'un des meilleurs coureurs de trail de la région et qui pratique également la natation et le vélo, explique ce qu'il préfère dans la course de fond : "Avant, en tant qu'ancien soldat, le sport a toujours compté énormément aux yeux de mes supérieurs, mais ce que j'aime aussi personnellement dans le trail, c'est la sensation de vélocité, le fait d'apprivoiser les obstacles et d'améliorer mes performances en me mesurant à mes adversaires".

Il a également affirmé : "La souffrance est inévitable inévitable pendant la course mais elle disparaît lorsque je sais que je suis performant...".


Par ailleurs, nous avons réalisé un suivi longitudinal sur deux ans des coureurs de trail de notre étude (jusqu'à fin 2019) pour observer l'évolution de leur classement ITRA (https://itra.run/). Le classement ITRA, qui répertorie tous les participants aux événements officiels de trail running dans le monde, indique si les coureurs de trail dans

notre étude ont continué à participer à des compétitions.


2.4. Analyse des données

Toutes les données sont exprimées sous forme de moyenne ± écart-type (ET). Comme les résultats ne donnent pas les conditions nécessaires à l'utilisation de statistiques paramétriques (homogénéité de la variance et normalité de la distribution de l'échantillon), un test de Kruskal-Wallis avec un test post hoc de Dunn a été utilisé pour déterminer les différences significatives pour l'âge moyen, l'indice de masse corporelle, la VMA, la FC maximale, le classement ITRA 2017, le niveau d'épanouissement familial et professionnel, la vitesse moyenne, le pourcentage de VMA, le pourcentage de FC maximale, l'EPR et la perception de l'effort, et le plaisir perçu de la course parmi les trois groupes.


Le niveau de signification a été fixé à p < 0,05. Une analyse de groupe supplémentaire, avec l'algorithme K-mean Euclidian avec deux clusters (RPE et plaisir perçu) a été réalisée avec le logiciel MATLAB. Cet algorithme visait à minimiser la distance euclidienne entre le centroïde et le point objet.



3. Résultats

3.1. Analyse quantitative

L'analyse statistique a révélé qu'il n'y avait pas de différences significatives (p > 0,05)

entre les trois groupes en ce qui concerne l'âge, l'IMC, le VMA, la FC max, le classement ITRA et le niveau d'épanouissement professionnel (tableau 1).


Cependant, le niveau d'épanouissement familial est significativement plus faible (p < 0,05) chez les résilients, par rapport aux autres groupes.


Pendant la compétition (tableau 2), aucune différence significative n'a été observée concernant la vitesse de course moyenne, le pourcentage d'utilisation de la VMA, la FC moyenne et le pourcentage de FC max entre les athlètes. Cependant, l'EPR et le plaisir perçu étaient significativement plus faibles (p < 0,05) chez les résilients, par rapport aux hédonistes et aux compétiteurs.


Nous avons également observé (Figure 1) une distribution spatiale distincte des résilients dans l'analyse en grappes, avec un niveau d'effort perçu centroïde (4,6, correspondant à "effort soutenu" à "effort fort") pendant la course et un sentiment négatif (-1,5, correspondant à un sentiment "assez mauvais" à "mauvais").


En revanche, chez les hédonistes et les compétiteurs, cette analyse a révélé qu'un niveau plus élevé d'effort perçu (4,8) était toujours lié à une échelle de sensation positive (2,8, correspondant à une sensation "assez bonne" à "bonne").


3.2. Analyse qualitative

Le sexe, l'âge moyen, le niveau d'études et les catégories socioprofessionnelles des 3 typologies de coureurs de fond sont présentés dans le tableau ci-dessous.



Le tableau 4 montre leur lieu de naissance et de résidence, leur trajectoire sportive et leur stratégie de gestion des courses sont présentées dans le tableau 5.




4. Discussion

L'objectif de cette étude était de déterminer l'influence potentielle des motivations sur la perception, les réponses de la fréquence cardiaque et le niveau de performance des coureurs de trail réunionnais expérimentés lors d'une compétition de 44 km.


Nous avons émis l'hypothèse que les motivations pouvaient influencer l'effort et le plaisir perçus, les réponses de la fréquence cardiaque, et la vitesse de course. Les résultats de notre étude montrent qu'il n'existe pas de différences significatives entre les groupes en ce qui concerne leurs caractéristiques anthropométriques et physiques et l'épanouissement professionnel.


Cependant, il y a un niveau significativement plus faible d'épanouissement familial chez les résilients, ce qui confirme la typologie de ce groupe s'engageant dans le trail principalement pour faire face aux difficultés de la vie.


Le résultat le plus important de cette étude est que la typologie du coureur, liée à leurs motivations, conduit à la création de perceptions significativement différentes, même si, statistiquement, la réponse de la fréquence cardiaque et la performance restent similaires à celles des autres coureurs.

@Cyril QUINTARD


En effet, les coureurs de trail observés dans cette étude ont des perceptions différentes de l'effort et du plaisir, selon leur typologie, alors que leurs réponses cardiaques et leur vitesse de course présentent peu de différences.


Pour les résilients, comme l'a déjà mentionné Le Breton (1991) puis Yonnet (1998) à propos des marathoniens, les coureurs de trail ont des perceptions différentes de l'effort et du plaisir selon leur typologie, le trail est une course initiatique, un parcours de vie, où l'on se retrouve soi-même. Cette représentation sociale de l'événement atténue de manière significative la perception de l'effort, par rapport aux compétiteurs et aux hédonistes.


Cette réponse perceptive, qualifiée de dissociative par Weinberg, Smith, Jackson e et Gould (1984), est caractérisée par un processus cognitif de blocage actif des sensations d'inconfort et de douleur générées par un effort physique intense et/ou prolongé.


Il est possible, mais cela reste à démontrer, que cette adaptation cognitive puisse être réinvestie dans la vie réelle pour faire face aux difficultés quotidiennes. En outre , le plaisir perçu est significativement plus faible, comparé aux autres groupes. Cette perception surprenante, qui consiste à éprouver du plaisir, mais après avoir maîtrisé un événement désagréable, n'en est pas moins surprenante et cohérente avec la résilience. Pour eux, surmonter la souffrance de la course est un moyen de développer la résilience au quotidien.


Par exemple, T. (qui est divorcée et doit s'occuper seule de sa fille ) a déclaré après avoir franchi la ligne d'arrivée : "Je me sens forte, les gens m'applaudissent pour mon courage. J'ai fait quelque chose que tout le monde ne peut pas faire...".


À l'appui de ce sentiment, Pousse (2013) a précédemment rapporté que certains coureurs de trail, après avoir eu des terminé "Le Grand Raid de la Réunion", portaient fièrement des T-shirts avec l'inscription "J'ai survécu".


Barthelemy (2002), qui a étudié les courses de trail et d'ultra-endurance, indique un puissant moyen de motivation qui caractérise ces hommes et ces femmes qui veulent prouver leur capacité à surmonter des épreuves inhabituelles de la vie et à être assurés qu'ils sont totalement maîtres de leur destin.


En psychologie du sport, ce type de motivation pourrait correspondre à la régulation intégrée décrite par Ryan et Deci (1985). En effet, même si les contraintes psychologiques imposées par la compétition de trail running sont élevées (faible plaisir perçu), les résilients les acceptent plus facilement car ils estiment que cela leur permettra de mieux s'équiper

mieux armés pour faire face aux difficultés de la vie.


Cette forme de motivation a également été rapportée récemment chez les participants à l'arrivée de l'ultramarathon de trail Barkley par Berg et Delfosse (2007). En outre, cette motivation semble être persistante car, par rapport aux autres groupes, les résilients ont continué, à une très large (73%), à participer à des compétitions de trail running au moins deux ans après cette expérience, alors que ce pourcentage est de 66% chez les hédonistes et tombe à 47% chez les compétiteurs (tableau 5).


Pour les hédonistes, en accord avec Chevallet, Chorier, Suchet et Valero (2021), nous avons observé que ces coureurs de trail participent à des compétitions pour profiter de la nature, découvrir de nouveaux sentiers, apprécier la beauté des paysages et rencontrer des gens.


Comparés aux compétiteurs et aux résilients, ces trail runners ont une perception intermédiaire de l'effort (4,36 ± 0,48 sur 10) pendant la compétition. Leur perception du plaisir est significativement plus élevée que celle des résilients car ils apprécient la proximité de la nature.


Par exemple, M. a déclaré après la course : "Je préfère faire un effort modéré car je veux apprécier la beauté du paysage". Ce témoignage semble confirmer l'étude de Rochedy (2015) où l'auteur rapporte que l'idée de s'engager dans le trail running "... est avant tout de décélérer une temporalité moderne oppressante et d'éviter le culte de l'urgence qui les dépossède d'eux-mêmes ; la pratique de ce sport est un moyen de consolider leur autonomie face à des normes sociétales abusives".



Cette motivation pourrait être rapprochée de la motivation intrinsèque précédente, qui implique la curiosité et l'exploration (Ryan & Decy, 1985). En outre, la motivation intrinsèque est observée lorsque les personnes sont libres d'exigences, de contraintes et d'urgences homéostatiques. Un point remarquable (tableau 5) qu'il convient également de noter est que 100% des hédonistes (et 92% parmi les compétiteurs) avaient pratiqué au moins un

sport en compétition avant de s'engager dans le trail running (contre seulement 70% chez les résilients).


Ce résultat suggère que, pour la plupart des hédonistes et des compétiteurs, le trail running est une extension naturelle de leur pratique sportive, faisant d'eux des athlètes " convertis ", pour reprendre une expression chère à Knobé (2008).


A l'inverse, les résilients sont plus susceptibles de " rompre " avec leur vie " d'avant le trail ", suite à un événement traumatique, et se situeraient plutôt dans la catégorie des "débutants".


Les coureurs de trail du groupe des compétiteurs sont plus concentrés sur l'effort dans le but d'atteindre une bonne performance et de dépasser leurs adversaires. Par ailleurs, le petit échantillon (n = 17) au départ de la course et l'arrêt au paddock après chaque tour ont permis aux participantes de connaître leur classement en temps réel tout au long de la compétition. Pour eux, en accord avec de Mensch (2016) le trail running est un combat contre les autres.


A cet égard, N., un ancien soldat, a déclaré à la fin de la course : " Je ne peux pas me battre contre les autres. C'était vraiment difficile mais, en même temps, agréable parce que.... je savais dès le début de la course que j'étais le premier de ma catégorie ".


Après avoir franchi la ligne d'arrivée, L. a déclaré "J'ai fait un effort maximum aujourd'hui parce que c'était la première fois que je battais O., qui est habituellement meilleur que moi, et, juste pour cela, je suis fier de ma performance...".


Dans ce contexte, les concurrents participent à une tâche dont le rythme est contrôlé de l'extérieur, ce qui augmente leur perception de l'effort (Stanley, Pargman & Tenenbaum, 2007).

@Cyril QUINTARD


Cependant, bien que leur perception de l'effort soit ,importante (5,42 ± 1,04), leur plaisir perçu est également remarquablement élevé (2,46 ± ,1.64). Ces perceptions singulières et contradictoires pourraient s'expliquer par le fait que les compétiteurs acceptent un niveau d'effort élevé qui permet d'obtenir un bon temps de performance ou un classement honorable.. La motivation de ces coureurs de trail pourrait correspondre à la régulation externe précédemment déterminée par Ryan et Deci (1985).


Cette forme de motivation correspond à des comportements soutenus par des contingences ouvertement externes à l'individu. De plus, comme Faure (1987) rappelle à juste titre, la compétition est un moyen de se comparer et d'objectiver ses mérites.


Ainsi, la raison pour laquelle les patrons, les cadres supérieurs et les professions libérales rivalisent pour la métrique de la distance et du temps mais aussi du classement.


Cette culture de la mesure et de l'évaluation permanente permet à ces coureurs de trail de se situer objectivement (pour alimenter l'idée d'excellence à laquelle sont attachées ces catégories sociales) et, ainsi, de se comparer dans le cadre de la performance comme le rappelle Faure et Suaud (2003) : "se surpasser, c'est surpasser les autres".


Cependant, cette forme de motivation n'est pas sans conséquence sur la capacité des coureurs de trail à s'investir dans la durée dans ce type d'activité. Le suivi longitudinal (tableau 5) a montré que seulement 47% du groupe des compétiteurs participaient encore à des compétitions de trail running deux ans après l'expérience.


Un autre point remarquable concernant les concurrents (tableau 5) est le pourcentage élevé (72%) de coureurs qui ont abandonné lors de leurs courses depuis leurs débuts dans le trail running (contre 33% pour les hédonistes et 57% pour les résilients).


Cette grande différence s'accorde avec une conclusion de Baron, Moullan, Deruelle et Noakes (2011) selon laquelle les concurrents prennent indubitablement plus de risques dans la gestion de leurs courses pour essayer d'atteindre la meilleure performance possible, allant parfois jusqu'à l'épuisement avant de franchir la ligne d'arrivée.


Comme présenté dans le tableau 3, les femmes sont légèrement sous-représentées dans l'étude.


La représentation de 46% des femmes dans cette étude ne reflète pas la répartition habituelle des sexes dans les compétitions de trail running. En fait, la plupart des études ont rapporté une participation d'environ 22% de femmes dans la catégorie "S" en course de trail (Knechtle, Rosemann, Zingg, & Rust, 2015). Cette divergence est sans aucun doute lié à la petite taille de l'échantillon de notre étude.


Cependant, l'âge moyen des participants (39,7 ± 6 ans) et la distribution entre les différents groupes d'âge sont en accord avec les observations d'autres compétitions sur l'île de la Réunion dans la catégorie " S " (par exemple, zinfo974.com, 2019).


Comme présenté dans le tableau 3, la plupart des les participants (72%) de cette étude ont un niveau d'études élevé (bac+3 et plus) et la plupart (67%) ont un emploi de haut niveau (cadres et professions intellectuelles).. Ces valeurs sont légèrement supérieures à celles rapportées par Chevallet, Chorier, Suchet et Valero (2013) qui ont constaté, dans une étude incluant 2000 coureurs de trail, que 51% appartenaient à des catégories socioprofessionnelles supérieures.


Cependant, cette surreprésentation des classes intellectuelles supérieures semble confirmer la thèse de Defrance (1985) qui affirme que ces classes sociales souhaitent s'approprier les courses d'endurance pour imposer leurs valeurs. et leur représentation sur le sentier en dehors de toute organisation fédérale.


Par ailleurs, comme le montre le tableau 5, le faible pourcentage de participants licenciés dans un club de trail (33% pour les hédonistes et 43% pour les résilients et les compétiteurs) semble confirmer cette affirmation.


Cependant, ce modèle de la lutte des classes doit être nuancé car les résultats de notre étude montrent également que le lieu de résidence des participants serait un autre levier motivationnel (tableau 4). En effet, nos résultats montrent clairement que la majorité (71%) des coureurs de trail de notre étude sont nés en France métropolitaine, 50% vivent dans une ville de plus de 50 000 habitants et 72% habitent sur la côte ouest, entre Saint-Denis et Saint-Pierre.


Des résultats similaires avaient déjà été rapportés (Faure, 1987 ; Faure & Suaud, 2003) concernant les participants réunionnais du Grand Raid en 2000 (Bessy & Bessy, 2003).


Denzler (1991) avait déjà signalé que la majorité des marathoniens étaient des citadins et qu'ils cherchaient avant tout un moyen d'échapper aux tracas de la vie quotidienne.dans les courses d'endurance.


L'île de La Réunion, aec ses milliers de kilomètres de sentiers sillonnant les cirques et les sommets vertigineux, loin de toute trace de civilisation, offre un formidable terrain de jeu à ces trailers des villes, pour la plupart originaires de la métropole et à la recherche de grands espaces de nature et de liberté.

Le faible nombre de participants au protocole de cette étude en limite la portée.. Il convient également de noter que les typologies précisées dans l'étude ne sont pas fixes. En effet, nous avons observé des réponses perceptives qui peuvent parfois être marquées chez certains participants mais plus nuancées chez d'autres.


Nos résultats montrent également que certains trailers combinent plusieurs typologies (par exemple, hédonistes-compétiteurs, résilients-hédonistes ou compétiteurs-résilients).


En outre, il est possible qu'il y ait également une migration entre les typologies, mais cela reste à démontrer dans de futures études (par exemple, hédonistes vs concurrents).


En conclusion, cette étude rend compte de l'influence de différentes formes de motivations sur la perception de l'effort et le plaisir ressenti en compétition à travers une méthodologie transdisciplinaire originale combinant des mesures quantitatives et qualitatives. Selon les typologies identifiées, les motivations sont distinctes.


Comme le montre la figure 2, les hédonistes sont attirés par la nature et les grands espaces, les résilients sont à la recherche de solutions pour faire face à leurs difficultés quotidiennes, et les compétiteurs cherchent à se comparer et à objectiver leurs mérites.



Ces résultats suggèrent que les motivations influencent la perception de l'effort et du plaisir ressenti en compétition, indépendamment des réponses de la FC et de la vitesse de course pourraient fournir des perspectives intéressantes pour les entraîneurs qui cherchent à comprendre la motivation qui poussent les individus à s'engager dans la course de trail. En effet, les coureurs de trail qui participent à des compétitions ne sont pas forcément des compétiteurs et donc pourraient être formés différemment en fonction de leurs motivations.

Par exemple, les hédonistes pourraient souvent changer de site d'entraînement pour découvrir de nouveaux paysages tandis que les les compétiteurs préfèrent s'entraîner avec des sparring-partners.


Alors qu'il a été rapporté que la motivation intrinsèque est un facteur de protection contre les blessures chez les marathoniens (Chalabaev, Radel, Ben Mahmoud et al., 2017), il semblerait que la forme de motivation intégrée que l'on trouve chez les résilients, qui sont moins sensibles à l'intensité de l'effort en compétition, pourrait induire un épuisement.


Nous suggérons que des investigations supplémentaires sur la validation d'un court questionnaire permettant d'identifier les résilients, qui pourrait être utile aux entraîneurs et aux organisateurs de courses de trail et leurs équipes médicales pour améliorer la sécurité et réduire le risque d'événements indésirables parmi les participants (Hoffman, Khodaee, Nikiah, Nudell, & Pasternak, 2020).


References

Baron, B., Grappe, F., & Groslambert, A. (2018). The Global Model of Pacing Process for Long and Ultra-Long Distance. Psychology, 9, 2837-2850 http://www.scirp.org/journal/psych

https://doi.org/10.4236/psych.2018.914163

Baron, B., Moullan, F., Deruelle, F., & Noakes, T. D. (2011). The Role of Emotions on Pacing Strategies and Performance in Middle and Long Duration Sport Events. British Journal of Sports Medicine, 4, 511-517. https://doi.org/10.1136/bjsm.2009.059964

Barthelemy, M. (2002). L’engouement pour les raids-aventure ou la société du risque transfigurée par le destin. Sociétés, 3, 83-93. https://doi.org/10.3917/soc.077.0083

Berg, A., & Delfosse, A. (2020). Les finisseurs; la Barkley racontée. Mons.

Bessy, O., & Naria, O. (2004). La provenance des participants au grand raid de la réunion. Mappemonde, 74, 29-36.

Borg, G. (1990). Psychophysical Scaling with Applications in Physical Work and the Per- ception of Exertion. Scandinavian Journal of Work Environment and Health, 16, 55-58. https://doi.org/10.5271/sjweh.1815

Braun, V., & Clarke, V. (2006). Using the Matic Analysis in Psychology. Qualitative Re- search in Psychology, 3, 77-101. https://doi.org/10.1191/1478088706qp063oa

Chalabaev, A., Radel, R., Ben Mahmoud, I.B., Massiera, B., Deroche, T. et al. (2017). Is motivation for Marathon a Protective Factor or a Risk Factor of Injury? Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sports, 27, 2040-2047. https://doi.org/10.1111/sms.12807

Chevallet, B., Chorier, J., Suchet, T., & Valero, A. (2013, January 28). Première enquête socio-économique sur le trail. https://www.trails-endurance.com/actualites-courses-trail-running/resultats-dune-enq uete-sur-le-trail

Cubizolles, S., Baron, B., Lacroix, E. (2018). S’engager dans les courses à pied d’endurance: trente ans de travaux de sociologie du sport en France. Society and Lei- sure, 41, 1-17.

Defrance, J. (1985). La course libre ou le monde athlétique renversé. Sociologie des représentations collectives de deux variantes de la course à pied. Travaux et Recherches en EPS, 8, 128-136.

Denzler, R. (1991). Le marathon: Une pratique de classe? Sociétés Contemporaines, 5, 163-165. https://doi.org/10.3406/socco.1991.993

Faure, J. M. (1987). L’éthique puritaine du marathonien. Esprit, 4, 36-41.

Faure, J. M., & Suaud, C. (2003). Des marathoniens à la poursuite du temps. Revue Inter-

national of Psychosociology, 9, 101-120. https://doi.org/10.3917/rips.020.0101

Hamilton, R. A, Scott, D., & MacDougall, M. P. (2007). Assessing the Effectiveness of Self-Talk Interventions on Endurance Performance. Journal of Applied Sport Psychol- ogy, 19, 226-239. https://doi.org/10.1080/10413200701230613

Hardy, C. J., & Rejeski, W. J. (1989). Not What, But How One Feels: The Measurement of Affect during Exercise. Journal of Sport Exercise and Psychology, 11, 304-317. https://doi.org/10.1123/jsep.11.3.304

Hatzigeorgiadis, A., Zourbanos, N., Galanis, E., & Theodorakis, Y. (2011). Self-Talk and Sports Performance: A Meta-Analysis. Perspectives on Psychological Sciences, 6, 348-356. https://doi.org/10.1177/1745691611413136

Heazlewood, I., & Burke, S. (2011). Self-Efficacy and Its Relationship to Selected Sport Psychological Constructs in the Prediction of Performance in Ironman Triathlon. Journal of Human Sport and Exercise, 2, 328-350. https://doi.org/10.4100/jhse.2011.62.14

Hill, A.V., Long, C.N.H., & Lupton, H. (1924). Muscular Exercise, Lactic Acid, and the Supply and Utilization of Oxygen. Proceeding of the Royal Society of Biological Sci- ences, 96, 438-475. https://doi.org/10.1098/rspb.1924.0037

Hoffman, M. D, Khodaee, M., Nikiah G., Nudell, N. G., & Pasternak A. (2020). Recom- mendations on the Appropriate Level of Medical Support at Ultramarathons. Journal of Sports Medicine, 50, 871-884. https://doi.org/10.1007/s40279-020-01272-1

Hulleman, M., De Koning, J. J., Hettinga, F. J., & Foster, C. (2007). The Effect of Extrinsic Motivation on Cycle Time Trial Performance. Medicine and Science in Sports and Exercise, 39, 709-715. https://doi.org/10.1249/mss.0b013e31802eff36

Irwin, B. C., Scorniaenchi, J., Kerr, N. L., Eisenmann, J. C., & Feltz, D. L. (2012). Aerobic Exercise Is Promoted When Individual Performance Affects the Group: A Test of the Kohler Motivation Gain Effect. Annals of Behavioral Medicine, 44, 151-159. https://doi.org/10.1007/s12160-012-9367-4

Knechtle, B., Rosemann, T., Zingg, M. A., & Rust, C. A. (2015). Increase in Participation but Decrease in Performance in Age Group Mountain Marathoners in the Jungfrau Marathon: A Swiss Phenomenon? SpringerPlus, 4, Article No. 523. https://doi.org/10.1186/s40064-015-1330-y

Knobé, S. (2008). La performance au regard de l’effort sportif: quelques réflexions. Revue Interrogation, 7, 12-15. https://www.revue-interrogations.org/

Le Breton, D. (1991). Passion du risque. Seuil.

Leger, L., & Boucher, R. (1980). An Indirect Continuous Running Multistage Field Test: the Université de Montreal Track Test. Canadian Journal of Applied Sports Sciences, 5, 77-84.

Lerner, B. T., & Locke, E. A. (1995). The Effects of Goal Setting, Self-Efficacy, Competi- tion, and Personal Traits on the Performance of an Endurance Task. Journal of Sport and Exercise Psychology, 17, 138-135. https://doi.org/10.1123/jsep.17.2.138

Marcora, S. M. (2008). Do We Really Need a Central Governor to Explain Brain Regula- tion of Exercise Performance. European Journal of Applied Physiology, 104, Article No. 929. https://doi.org/10.1007/s00421-008-0818-3

Mensch, N. (2016). S’engager dans la course: le cas du grand raid de la Réunion. In J. P. Calllède, & G. Ferréol (Eds.), L’engagement sportif au prisme des Sciences Sociales (pp. 75-78). EMCOR Group, Inc.

Noakes, T. D. (2012). Fatigue Is a Brain-Derived Emotion That Regulates the Exercise Behaviour to Ensure the Protection of Whole-Body Homeostasis. Frontiers in Physiol- ogy, 3, Article No. 82. https://doi.org/10.3389/fphys.2012.00082

Noble, B. J., & Robertson, R. J. (1996). Perceived Exertion. Human Kinetics.

Nybo, L. (1985). Hyperthermia and Fatigue. Journal of Applied Physiology, 104, 871-878.

https://doi.org/10.1152/japplphysiol.00910.2007

Pousse, M. (2013) Le grand raid de la Réunion: Vingt ans de passion (1993-2012). Chevagny sur-Guye, Orphie.

Rochedy, R. (2015). Analyse d’un espace de décélération: L’Exemple de l’ultra-trail. Staps, 107, 97-109. https://doi.org/10.3917/sta.107.0097

Ryan, R. M., & Deci, E. L. (1985). Intrinsic Motivation and Self-Determination in Human Behavior. Springer Verlag.

Stanley, C., Pargman, D., & Tenenbaum, G. (2007). The Effect of Attentional Coping Strategies on Perceived Exertion in a Cycling Task. Journal of Applied Sport Psycholo- gy, 19, 352-363. https://doi.org/10.1080/10413200701345403

Weinberg, R. S., Smith, J., Jackson, A., & Gould, D. (1984). Effect of Association, Dissoci- ation, and Positive Self-Talk Strategies on Endurance Performance. Canadian Journal of Applied Sport Sciences, 9, 25-32.

Yonnet, P. (1998). Systèmes des sports. Gallimard.

Zinfo974.com (2019, October 17).

https://www.zinfos974.com/Le-nombre-de-coureurs-et-de-nationalites-engages-sur-le- Grand-Raid-2019_a145397.html










1 493 vues

Comments


bottom of page